CONFINEMENT FAKARAVA 2020

Notre dernière publication commence à dater ! Beaucoup de choses se sont passées dans le monde et personne n’a été epargné !

La Pandémie de Covid 19 a touché chaque recoin de la planète même le plus isolé. Notre génération n’a jamais rien vécu de tel. Tous les pays ont fermés leur accès, par terre, air et également par mer.

Nous nous sommes retrouvés pris au piège deux semaines après notre arrivée dans l’atoll de Fakarava, aux Tuamotu. La Polynésie Française a alors immédiatement fermé tous les accès sur cet immense territoire majoritairement recouvert par la mer et grand comme l’Europe, mais également une des destinations favorite des touristes. Les compagnies aériennes nationales et internationales ont alors interrompu leurs vols, les cargos restant le seul lien entre papeete et les atolls reculés mais les rotations restreintes voire supprimées pour certains atolls.

Chaque atoll de Polynésie, a été fermé. Aucune possibilité de passer de l’un à l’autre. La population mise en confinement à domicile, restaurants et hôtels principale activité ici ont été fermés. Les gros magasins de Tahiti sont restés ouverts. Les sports nautiques et les activités sportives ont été interdits, les rassemblements pour les funerails interdits, les écoles fermées et les enfants renvoyés dans leurs foyers… Un couvre-feu a été ordonné, la vente d’alcool interdite. La totalité du Territoire est tombé dans un grand sommeil, pas toujours à même de comprendre ce qu’il se passait vraiment, combien de temps cela allait durer, et de quoi il s’agissait vraiment.

La fermeture immédiate et totale du territoire a été certainement la meilleure chose à faire sur un territoire aussi vaste et difficilement controlable qui ne dispose en outre que de trois hôpitaux,  Marquises, Tahiti, Raiatea. Dans chaque atoll on trouve une infirmerie avec une infirmière, pas de médecin ou très rarement. Les EVASAN évacuations sanitaires d’urgence, sont habituellement le seul moyen pour rejoindre Tahiti soit sur vols réguliers ou dans des cas extrêmes par des vols sanitaires affrétés. Or en cette période de pandémie, aucun vol, plus d’évacuation. Certains cas d’urgence comme les accouchements et les traitements lourds seront fait par l’armée. Mais une fois à Tahiti, plus de vol pour revenir. Il faudra aux personnes évacuées attendre la fin du confinement et le retour des vols nationaux pour pouvoir revenir vers leurs atolls.

60 cas seront diagnostiqués, aucune personne décédée… Aujourd’hui ils continuent de tester la population. Une quarantaine de quinze jours a été mise en place le 10 juillet, puis 7 jours jusqu’au 15 juillet pour les personnes arrivant en Polynésie. Après cette date plus aucune quarantaine.

Depuis le début du confinement nous avons eu à faire face à la peur des locaux, parfois transformée en rejet des intrus que nous, voiliers, représentons. La crainte est compréhensible en effet. Et on le conçoit de même que nous avons eu notre lot de craintes étant isolés dans un pays qui fait partie de la France où nous nous sommes sentis un temps rejetés, loin d’être les bienvenus et parfois considérés comme des virus sur pattes. Craintes également lorsque l’on vous annonce que vous n’êtes plus autorisés à venir faire vos courses à l’épicerie, que vous n’avez plus même le droit d’aller à terre, que l’on ne vous propose même pas l’alternative de déposer vos achats au dock, que l’on vous dit d’aller où vous voulez sauf là où vous êtes. Craintes encore lorsque que vous réalisez que vous ne pouvez aller nulle part vers l’Ouest ou l’Est puisque toutes les frontières se sont fermées les unes après les autres !

Pour faire face, nous avons dû trouver des solutions ! Commander l’approvisionnement à Tahiti fut notre dernier et seul recours. Seulement, les goélettes (cargo inter iles) ont été annulées, reportées, etc et nous avons obtenu nos appros au moment où la levée de confinement a été annoncée à Fakarava.

C’est incroyable comme l’Etre Humain est plein de ressources !. Nous avons su nous tourner vers la mer et son supermarché de poissons, bien sûr on n’a pas toujours le poisson que l’on veut, et parfois il faut accepter de le partager avec les requins si toutefois ils ont décidé de vous en laisser un peu !. Les coquillages maoa sur le reef sont également très bons à qui sait les ramasser ainsi que les oursins crayons et les oursins casques au look très préhistorique, faciles à ramasser plus délicats à ouvrir mais tellement sains. Nous avons ramassé du pourpier sauvage qui pousse sur certains motus et sommes passés maître dans l’art de les préparer chaque fois de façon différentes sans jamais nous lasser ! Bien sûr nous n’avions plus les petits plus et douceurs qui font plaisir ! Notre créativité en cuisine n’a jamais été affectée mais plutôt décuplée ! Les découvertes de vivres oubliées au fin fond de nos placards furent parfois presque des moments de fêtes !!

A aucun moment nous ne sommes sentis privés de liberté ! En tant que navigateurs, nous avons déjà fait de longues traversées et celle-ci était de loin une traversée facile, même si nous n’avions au départ aucune idée de sa durée ! Une traversée où nous n’avions pas à nous préoccuper de régler les voiles, de la direction du vent, de faire des quarts, de météo a surveiller avec autant de précision, de navigations à préparer ! Cette fois ci pas de calendrier ni planning à suivre ! Presque une navigation de rêve !!

Nous avons eu la chance d’être dans un grand Atoll que celui de Fakarava, ou le village et les autorités étaient à plus de 30 miles nautiques de nous. C’est à Tetamanu que nous nous sommes installés et avons ancrés, ce qui en fait a facilité énormément notre confinement.

Nous avons eu la chance de pouvoir nager, faire de l’apnée, alors qu’aux Marquises et à Tahiti c’était interdit. Chaque club de plongée à la passe Tetamanu était fermé et même si nous avions notre compresseur à bord, nous avons respecté cet interdit, car,  si quelque chose arrivait aucun moyen d’être transféré à Tahiti n’aurait été possible. Notre mouillage était suffisamment beau pour nous permettre de faire de l’apnée sous le bateau et d’observer une faune sous-marine magnifique, exceptionnelle!

Chaque jour était donc un jour comme les autres à bord d’un bateau au mouillage, dans une ile paradisiaque avec des paysages magiques que l’on ne trouve qu’aux Tuamotu. Chaque jour nous avons continué à avoir nos occupations de bateau, et il y a toujours quelque chose à faire sur un bateau où Murphy n’est jamais bien loin prêt a mettre son nez là ou vous ne l’attendez pas ! Nous avons eu notre lot de réparations inattendues et, même si l’on vit sur un voilier, les sirènes ont, elles aussi, leurs tâches quotidiennes à accomplir.

Peu de bateaux nous ont rejoints pendant ce confinement, au maximum nous nous sommes retrouvés à 5 voiliers éparpillés sur Hirifa, Pakokota, ou le village principal de Rotoava. Certains bateaux ont dès le début été mis en quarantaine à Toau, atoll inhabité rattaché administrativement à Fakarava, par ordre du Maire alors qu’ils sont arrivés à Fakarava quelques jours après l’annonce du confinement.

 

Tetamanu nous a permis de faire pas mal de choses, aussi bien à terre que dans l’eau. Nous avions eu l’opportunité d’aller nous promener dans le village de Tetamanu et du Motu Aito avant que l’on entende parler de pandémie et de confinement. Les deux pensions ont fermées dès le début du confinement mais ceux qui sont restés sur place ont été très ouverts et accueillants. A Tetamanu lodge nous avons pu acheter des unités pour nous connecter sur internet même si le lodge était fermé.

Au motu Aito est reste Moehai puis plus loin ; Julien l’instructeur de plongéee et Nitrox le chien. Plus de touriste plus de travail, plus de salaire. Un autre catamaran était là aussi et tout le monde s’est organisé pour chasser, pêcher, pour se nourrir, avec Moehai un des Paumotu les plus adorables, toujours prêt à rendre service et à aider, plein de bons conseils. Par-dessus tout mécanicien marine de talent, excellent chasseur sous-marin, increvable pêcheur et maître barbecue hors pair ! En échange nous avons partagé brioches, croissants, pains au chocolat fait par le captain.

Bien entendu tout cela à contribuer à faire de notre confinement un véritable petit paradis !!

La levée du confinement a eu lieu progressivement avec un déconfinement dans les atolls ou îles, autorisant ainsi les voiliers à aller à terre et faire eux même leurs courses. Sans toutefois avoir la possibilité de sortir de l’île dans laquelle vous étiez.

Puis la population et les voiliers ont à nouveau eu la possibilité de circuler au sein du même archipel. On a bien sur vu arriver des voiliers venant des Marquises… Les lois ont toujours été faites pour être transgresser j’imagine !

Tahiti et Moorea sont restées en confinement plus longtemps étant donné que les cas étaient tous localisés sur ces deux iles.

Ensuite, la navigation inter archipels et le trafic sont revenus à la normale. Le traffic aérien a repris avec 10 routes nationales puis 22 sur les 48 du Territoire pour revenir q lq normale.

Chaque fois qu’une décision était annoncée, nous, les voiliers, avions besoin de rechercher si elle comprenait le mouvement des voiliers ou non… Pas mal d’inconsistances ont été constatées comme par exemple lors de la réouverture à la navigation des navettes entre Tahiti et Moorea. On pouvait y aller en navette mais pas en voilier !

Maintenant on peut naviguer partout sur le territoire de Polynésie. De 5 voiliers à Fakarava nous sommes passés à 37, puis 50 venant des Gambiers, Hao, les Marquises, tous heureux de bouger ! C’est une vraie foule pour nous qui étions restés presque seuls depuis début mars !

Il y a eu beaucoup de commentaires de voiliers mécontents, disant qu’il fallait zapper la Polynésie Française parce qu’ils avaient eu deux mois qu’ils qualifient comme la pire escale depuis qu’ils naviguent. Certains, là depuis déjà un an voire deux ou trois et plus, ont à n’en pas douter certainement eu de bons moments et une bonne expérience en Polynésie et tout à coup, parce qu’ils se sont retrouvées confinés à bord de leur bateaux, certains avec le droit d’aller à terre faire leurs courses, les voila prêts à oublier ces bons moments, véhiculant sans vergogne leur frustration et une image négative de la Polynésie Française. Il me semble pourtant que partout ailleurs nous faisions tous face à la même situation, que même des voiliers dans nos pays respectifs n’étaient pas mieux lotis.

Futurs voileux si vous êtes prêts à découvrir le monde, à hisser les voiles pour un autre pays que le vôtre, courir les toutes les mers du globe  et bien Oui, allez-Y! Voyez par vous-mêmes !

Essayez plutôt de comprendre et respecter les gens, leurs cultures, leurs croyances, leurs différences et leurs langues. Oubliez les idées préconçues, elles ne mènent nulle part !

Découvrez des mouillages et pas seulement ceux qui sont partagés sur les blogs ou marqués sur les cartes ! il y a bien plus que cela à découvrir ! Evitez de naviguer de points GPS en points GPS ! Soyez aventureux sans pour autant oublier de bien évaluer certains risques !

En dépit de tous les blogs, connections internet si vous y avez accès, vous aurez, malgré tout, toujours la possibilité de trouver des lieux magnifiques, isolés ou non, voire jamais encore mentionnés par d’autres. Le paradis est visible à ceux qui veulent réellement le découvrir ! Chacun transporte son intérêt en lui ! Rien n’est surévalué ou surestimé, seule la stupidité l’est !

Soyez créatifs dans vos projets et navigations, même si je l’admets nous naviguons tous sur les traces, récentes ou non, de quelqu’un, mais le monde est sans limite ! Bien sûr nous publierons tous les mêmes photos, jamais les sentiments indéfinissables qui en émanent !

Oubliez tout ce que vous avez pu entendre ou lire sur la Polynésie Française, immergez-vous dedans ; avec votre cœur et l’esprit ouvert et faites-vous votre propre opinion ! Cette période est difficile pour tout le monde ici et là, dans ce pays ou un autre. Soyez indulgents envers les situations et personnes qui expriment une certaine frustration. Ne laissez pas des commentaires exaspérés guider vos futures navigations !

Donnez-vous une chance de vivre quelque chose d’unique ! Repensez si nécessaire votre idée et définition du mot « Liberté ». Le Monde vous appartient ! Vous seul et personne d’autre ne peut dire ce que vous voulez et ce que vous recherchez !

Nous sommes tous différents, chaque expérience l’est aussi et est unique ! Voyager et faire face à des situations inattendues et imprévues fait souvent partie du quotidien, savoir s’adapter est une vertu, cultivez là le plus possible, pour pouvoir découvrir et ouvrir les yeux sur Le Monde!

CONFINMENT FAKARAVA 

We last published on our blog a while ago ! A lot happened to every one in the world and not one of us was spared !

The so called Covid 19 Pandemic has reached every corner of the planet even the most remote one. Our generation has never seen or been through anything like this. All countries shut down their access, by land, air and also by sea.

We were caught in the middle of it just 2 weeks after arriving at Fakarava atoll, in the Tuamotu. French Polynesia immediately shut down all entries, on a territory as huge as Europe but mostly covered with water and considered as one of the favorite tourists destination. Airlines stopped national and international flights inbound and outbound. Cargo ships remaining the only link between Papeete and remote atolls to bring food but on shorter basis rotations as usual or totally cancelled for some.

Every atoll of French Polynesia remained closed to each other. People were in confinement at home. Restaurants, hotels, also one of the main business here, all shut down,  big stores remained open in Papeete, every single sport, nautical sports stopped, worshipping no more allowed, people gathering and funeral assembly not authorized either, school were closed and children sent back home…. A curfew was set up, and alcohol prohibited to be sold. The whole country fell into a long sleep, not being able to fully understand what was really going on, neither how long it would last, and what it was all about.

The immediate shut down of the territory was certainly the best to happen in such a vast territory with only 3 hospitals (Marquesas, Tahiti, Raiatea). In Every atoll of the Tuamotu-Gambier there is just a medical center, with a nurse rarely a doctor. What they call EVASAN here, sanitary flight, comes and picks you up to Papeete in case of emergency. Those able to travel usually fly as « EVASAN» on a regular flight. In this particular time… there was no more flight, no evacuation except real emergency, pregnancy and heavy treatment done with the help of the French army.

Only 60 cases diagnosed, no death… that is what it was Today they keep on testing people, a 15 days quarantine was on til july 10th, then 7 days through july 15th, for incoming people. After that date no quarantine at all was planned.

 

Since the beginning we had to face the local fear transformed into a sort of hate of intruders we, sailors and sailboats. Fear is quite understandable at that point. We do too had some fears, being remote in a country which is part of France, where we felt totally unwelcomed and rejected as if we were some sort of walking virus ! Fears, while being told we were no more allowed to go to the grocery stores, not even allowed to go ashore at all, not even offered a sort of « drop of to the dock » supply solution. We were told to go anywhere but here… Fears, not to be allowed to move anywhere further west or east as every country shut their borders too.

Somehow we had to order food in Tahiti, but due to cargo ship cancellation we waited a month before we got our food delivered which happened as lockdown was over in Fakarava and every one re-allowed to go to town and shop by themselves.  Though you’d be surprised how full of resources the human being is when stranded! we found the sea a perfect fish supermarket although you do not always get the fish you want and sometimes have to share it with the sharks when they are kind enough to share!, and shells on the reef, the pencils sea urchins and another one with a prehistoric look, maoa shells, we rediscovered the fantastic Purslane we prepared every time differently without once being bored! Of course we lacked the goodies! Our creativity in the galley not affected but increased! Appreciation of every little things we had or found down at the bottom of our lockers was a great moment of treasure hunt!

We never ever felt deprived from our freedom. As boaters, we have been through long crossings and this one was more an easy crossing even though we had no idea how long it would last! A crossing with no worry to have about the sails, wind direction, watches to do, weather to check, routes to figure out! This time no schedule, no plan to stick to! Almost the perfect sail!!

We were fortunate to be able to be in a huge atoll, where the village and authorities were 30 nautical miles away from where we decided to drop our anchor and settle down, which, in a way, eased our confinement a lot!

We were lucky to be able to swim or free dive, not like some others in Marquesas, or Tahiti. We did not dive though, every dive shop at Tetamanu Passe were closed anyway and even if we have compressor, tanks and diving gear on board we did respect that ban as if something had happened there would have been no way to being transferred to Tahiti.  Our anchorage was nice enough to be offering a lovely underwater life to watch anyway.

Every day was like a normal day on a boat at anchorage, in a paradise island with gorgeous magic sceneries you only find in the Tuamotu. Every day we kept ourselves busy and on a boat as you always have something to do even when you think there is nothing to do, Murphy never far away, inviting himself onboard and plump for something you would never have thought about to break !! He is the one never bored to mess up with us!! Ever! So we had our bunch of broken things to repair! Even above sea level mermaids still have normal tasks to do, dishes, cleaning, laundry, cooking, kefir even thoug captains helps a lot too, and above sea level hull cleaning1

We were not many sail boats at Tetamanu maximum we happened to be was 5, as most of them moved either to Hirifa, Pakokota, or the main village Rotoava. Some boats had to quarantine 15 days in Toau, a remote and uninhabited atoll administratively part of Fakarava .Order of the mayor! as they arrived into Fakarava a couple of days after the lockdown order from Tahiti.

Tetamanu offered many things to do, either ashore or in the water.at Tetamanu village and Motu Aito. Both Pensions closed during the lockdown but some people remained and were very friendly. We happened to meet the people before all this pandemic started, at Tetamanu village we bought an internet voucher and it was good as it worked even if the facilities were closed. At Motu Aito, Moehai the captain stayed there and nearby the dive instructor with doggy Nitrox. No more tourist, no more job. Every single day they went fishing for living. We were invited to a barbecue on another motu with another boater’s family. Moehai is one of the sweetest person met in the Tuamotu. Always ready to help, was full of advices. Above being a very talented marine mechanic, he is an excellent spear fisher, a barbecue master too! Of course this made our daily pandemic confinement in paradise far more enjoyable!

In exchange we shared brioches, croissants, pains au chocolat we baked.

Now the Pandemic lockdown in French Polynesia is being lifted. It first started with confinement period over in every atoll or island, which means you were allowed to go ashore and provision by yourself at every grocery store.  Still no possibility to move out of the island you are in or belonged.

Then people could move within their archipelago. So we started to see more boats coming in from other atolls of the Tuamotu. But unfortunately we saw people coming in from Marquesas too… I guess laws are created to be trampled!

Still, Tahiti and Moorea remained on confinement as most of the cases where located in these two islands.

The next step saw the inter archipelago traffic reopenning back to normal.  Airlines inter islands routes first started to reopen 10 on the regular 48 in the whole territory, then the entire routes;

Every time a decision was taken we, boaters needed to search if the whole thing included the movement of sailboats, and every times it came with some kind of inconsistencies as for examples the reopening of traffic shuttle to Moorea, but no pleasure boat allowed to go, though you could with a shuttle if you wanted to   

We all now can travel in and out of every islands included Tahiti and Moorea. From 5 sailboats at Fakarava we happened to be 50, coming from Gambiers, Hao, Marquesas, all happy to move on. This is a huge crowd for us as being almost alone most of the time!!!

We read a lot unhappy comments, telling everyone to swap French Polynesia after they had 2 months they qualify as the worst stop ever since they sail. Some of them have been here a year, two, three may be more. I am sure they had a good time and experience in French Polynesia and suddenly because of 2 months stuck on their boat away from their comfort zone or their planned trip, they are ready to forget the good time they had before, only sharing online only their frustration and giving a bad image of the French Polynesia. Not sure it happened a better way to sailors stranded in other countries in the world!

So to future sailors ready to discover the world and set sail to another country than their own, I would recommend to set sail to the Ocean whichever you choose, yes!,  and check It out by yourself!!

Profoundly try to understand and respect people and their culture, differences and languages. Forget preconceived ideas, it leads nowhere!

Discover anchorages, not only those every one share on their blog or marked on a chart with an anchor! There are more places to go than that! Do not sail from way point to way point! Be adventurous though weight the risks of course.

Even with blog and all internet connections if you manage to get some, you will still be able to make your way to beautiful places remote or not, just for your eyes, no one ever mentioned before! Paradise is visible to those really willing to see it! Interest is within every one of us! Nothing is overrated only stupidity is!

Let yourself be creative while sailing, though I admit we all sail on someone’s path old one or more recent! But your vision of the world is limitless! Of course we all might publish the same pictures, never the same indescribable feeling emanating!

So please forget all you’ve heard so far on French Polynesia not being a welcoming country anymore, jump into your own heart and make yourself your own opinion! Time has been difficult for everyone, here and there, in this country as in any other. Be forgiving to people for being frustrated. Do not let angry comments guide your future sailing!

Give yourself a chance to live something unfathomable! Rethink your idea and definition of Freedom if necessary! The world belongs to you! Only you can say what you want and are looking for not anyone else.

Everyone is different so every experience is different and unique! Traveling and facing unexpected situation is the common lot of travelers. Just adapt!  To adapt is a virtue, so work on it as much as possible to be able to appreciate the World!

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *